25 juillet 2024

2600 km de fibre optique déjà déployés pour renforcer la connectivité en Afrique
L’Algérie réaffirme son engagement envers le projet de Dorsale transsaharienne à fibre optique

Un projet stratégique pour l’émergence de l’économie numérique et le développement du commerce électronique en Afrique

Le Secrétaire général du ministère de la Poste et des Télécommunications, Abdelouahab Bara, a souligné à Alger l’engagement de l’Algérie en faveur de la concrétisation du projet de Dorsale transsaharienne à fibre optique, avec le parachèvement du déploiement de près de 2600 km de fibre optique.
Intervenant à l’ouverture des travaux de la 5e session du Comité de liaison de la Dorsale transsaharienne à fibre optique (CLDT), en présence de représentants des pays africains concernés, M. Bara a mis en avant « l’engagement de l’Algérie en faveur de la concrétisation de ce projet ». Il a rappelé « le parachèvement des travaux de déploiement de près de 2600 km de fibre optique reliant Alger à In Guezzam, ainsi que l’extension d’une autre ligne jusqu’à la wilaya de Tindouf ».
Au cours des deux dernières années, l’Algérie a également doublé sa capacité de bande passante internationale avec l’entrée en service d’un câble sous-marin. M. Bara a souligné l’importance de ce projet stratégique transsaharien, le qualifiant de « modèle de partenariat réussi entre les pays africains ».

« Le projet vise à créer une dynamique technologique favorisant l’émergence d’une économie numérique dans les pays concernés, contribuant ainsi au développement du commerce électronique sur le continent, des services financiers en ligne, et à l’amélioration du climat des affaires », a-t-il expliqué.
De son côté, le Secrétaire général du CLDT, Mourad El Alia, a indiqué que cette session permettra de « discuter de l’état d’avancement des travaux du projet et des contraintes rencontrées ».
À travers ce projet, l’Algérie compte « mettre à profit le câble sous-marin reliant Alger et Valence (Espagne) pour favoriser l’accès des Algériens à Internet et permettre ensuite aux pays africains ne disposant d’aucune bande côtière de bénéficier des mêmes services ».

Le projet de Dorsale transsaharienne à fibre optique, reliant l’Algérie, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Mali et la Mauritanie, s’inscrit dans le cadre de l’initiative du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *