17 mai 2022

4ème licence?

Intervenant sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, M. Hamid Bessalah, a coupé court aux informations faisant état d’un éventuel départ de l’opérateur de téléphonie mobile OTA plus connu sous son nom commercial Djezzy et détenteur de la licence mobile depuis juillet 2000 pour un montant de 737 millions de dollars.
Selon le ministre des PTIC, Djezzy n’a jamais exprimé son intention de partir. La veille, le ministre des Finances, Karim Djoudi, a déclaré depuis l’APN que «nous ne faisons pas pression sur Orascom pour qu’elle quitte le pays». Le ministre des Finances a réitéré que toutes les entreprises en activité en Algérie, nationales ou étrangères, sont soumises au respect des lois de la République
Beaucoup de bruit a été fait suite à une dépêche de Reuters du 16 février dernier qui affirmait selon des sources anonymes que «Orascom doit se retirer du marché». Depuis Barcelone, Naguib Sawiris, patron de OTH, consortium propriétaire de OTA, avait déclaré à Reuters : «Nous avons besoin de comprendre si nos investissements y sont encore les bienvenus ou pas. Le cas échéant, nous serons dans l’obligation d’envisager d’autres options.» La réponse, claire cette fois-ci et non anonyme, a été double : finance et PTIC.
On le sait, le gouvernement est attentif à la question et le dossier est clos.
Après avoir oeuvré en faveur de l’arrivée d’un nouvel opérateur mobile, le gouvernement aurait renoncé à attribuer une 4e licence pour un problème de choix de la techno, nous dit-on. Les choses ne se présentent pas bien, car loin d’être une opportunité, la quatrième licence est plutôt le miroir aux alouettes. Il y a une question de timing : le temps que la quatrième licence impacte le marché, cela prendra trois à quatre ans. En levant les freins maintenant, nous pouvons avoir des effets sur les prix au détail d’ici quelques mois, en plus du fait que cela va dynamiser le marché.
Effet collatéral, la 4e licence entraînera un boom sur la demande Internet qui pourra “facilement” être prise en charge et donc de ce fait atteindre les 6 millions d’internautes avant 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *