18 juin 2024

2024, modernisation de l’Enseignement Supérieur en Algérie
Kamel Badari promeut une université de 4è génération

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur, Kamel Badari, annonce une évolution majeure vers l’Université de quatrième génération. En effet, le secteur de l’enseignement supérieur s’engage vers une modernisation profonde, avec des investissements dans la numérisation, l’innovation, et la création d’infrastructures de pointe.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Badari, a déclaré samedi à Saïda que l’année 2024 marquera une orientation significative vers une « université moderne de quatrième génération ». S’exprimant lors d’une présentation sur l’université « Dr Moulay Tahar » de Saïda, le ministre a souligné que des préparatifs étaient en cours pour faire de cette transition une réalité dans un délai rapide.

M. Badari a mis en avant l’évolution de l’université en tant que plateforme d’enseignement créatif, intégré et ouvert, mettant en avant les résultats obtenus. Il a souligné les efforts du secteur de l’enseignement supérieur pour numériser les structures universitaires, visant à améliorer la qualité de l’enseignement et à élever le niveau de performance.
Au cours de l’inspection du Centre de données et d’informatique, le ministre a salué cette structure sans équivalent national, annonçant la généralisation de la création de tels centres dans toutes les institutions universitaires, dans le cadre du nouveau processus de modernisation.

Le centre dispose de 14 appareils de haut débit, 17 serveurs et de deux commutateurs, renforçant la communication numérique au sein de l’université. Kamel Badari a ensuite supervisé l’inspection d’un projet de la faculté des sciences sociales et humaines dans la commune d’Aïn Lahdjar, doté de 2 000 places pédagogiques et prévu pour être achevé en septembre prochain.
L’Université de Saïda, ayant récemment ajouté de nouvelles structures, sera reconvertie en pôle universitaire d’excellence, accueillant des étudiants des wilayas d’El Bayadh et Nâama. Un projet lancé fin 2018 sur une superficie de 20 420 mètres carrés, représentant un investissement de 998 millions de DA.

Le ministre a également inauguré une bibliothèque centrale à l’Université de Saïda, annonçant la création d’un centre d’archives numériques. Ce dernier a déjà numérisé et stocké 5 850 dossiers d’étudiants universitaires pour les années 2020, 2021, 2022 et 2023, facilitant ainsi la mémorisation et la récupération rapide des documents.
En parallèle, M. Badari a visité le Centre intensif des langues, équipé de technologies de pointe pour l’enseignement des langues, suivi d’une inspection du centre de développement de l’entreprenariat et de l’incubateur au campus universitaire. Il a souligné les efforts de l’université dans la création de start-ups contribuant au soutien de l’économie et au développement local.

A Savoir
Pour rappel, le ministre a présenté un bilan des réalisations du secteur, mettant en avant la création de 96 incubateurs d’affaires et de 100 centres de développement de l’entrepreneuriat (CDE). Lors d’une séance du Conseil de la nation consacrée aux questions orales, Badari a précisé que le secteur compte 1 801 laboratoires de recherche, 47 unités de recherche, 30 centres de recherche, 183 services communs et plus de 60 laboratoires de fabrication. Il a souligné le rôle essentiel de ces entités dans le développement des compétences des étudiants, offrant des opportunités de recherche et d’innovation.
Par ailleurs, le ministre a annoncé la poursuite des efforts pour renforcer l’encadrement du secteur, avec l’ouverture de concours de recrutement pour 2 000 postes, dont 1 725 réservés aux maîtres-assistants classe B, rappelant également les recrutements de 2023 avec l’ouverture de 7 630 postes budgétaires pour un concours de recrutement sur titre des diplômés non-salariés en doctorat et en magister.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *