18 juin 2024

La 2è Édition de la Conférence Africaine des Start-up sous le thème «De l’idée à l’impact»
Yacine El Mahdi Oualid présente les grandes lignes de l’événement

Lors d’une conférence de presse tenue à l’accélérateur de start-up «Algeria venture», le ministre de l’Économie de la Connaissance annonce la participation de 10 000 acteurs clés à la seconde édition de la Conférence africaine des start-up, marquée par des concours dédiés à l’intelligence artificielle et à la robotique.

Le ministre de l’Économie de la Connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El Mahdi Oualid, a dévoilé les détails de la seconde édition de la Conférence africaine des start-up, qui se tiendra du 5 au 7 décembre au Centre international des conférences (CIC). L’événement, placé sous le haut patronage du président de la République, sera l’occasion d’accueillir 10 000 participants, parmi lesquels 50 ministres africains, des porteurs de projets innovants, 200 experts internationaux des start-up, et 200 investisseurs.

«De l’idée à l’impact»

Sous le thème «De l’idée à l’impact», la conférence sera accompagnée d’un concours africain de l’intelligence artificielle pour le développement durable et d’un autre dédié à la robotique. Yacine El Mahdi Oualid a souligné le succès de l’édition précédente en mentionnant l’approbation de la déclaration d’Alger pour le développement des start-up en Afrique par le Conseil exécutif de l’Union africaine.

Les objectifs de la conférence sont ambitieux, visant à établir l’événement comme le rendez-vous annuel incontournable de la tech et des start-up sur le continent. Ils incluent la création d’une stratégie commune pour lutter contre la fuite des cerveaux, la mise en place d’un fonds des fonds africains des start-up, la promotion de la mobilité interafricaine des start-up, la mise en lumière de l’écosystème local des jeunes pousses, et le renforcement de la position de leader de l’Algérie dans le domaine.

El Mahdi Oualid a souligné que la coopération dans le domaine des start-up contribuera à renforcer la collaboration interafricaine, adressant ainsi les défis du continent en matière de croissance et de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *