18 juin 2024

Mohamed Daifallah, le directeur de l’enseignement primaire au ministère de l’Éducation nationale déclare
L’Éducation Nationale va s’appuyer sur les Technologies pour Remédier aux Difficultés des Élèves

Dans une démarche novatrice, le directeur de l’enseignement primaire au ministère de l’Éducation nationale, Mohamed Daifallah, a annoncé la mise en œuvre d’une solution centrée sur les Technologies de l’Information (IT). Cette initiative vise à cerner de manière approfondie les difficultés rencontrées par les élèves ayant passé l’examen d’évaluation des compétences, et ce dès le début de l’année scolaire actuelle.

Au cours d’une récente entrevue accordée à l’Agence de Presse Service (APS), M. Daifallah a expliqué que ce tout nouveau processus pédagogique, qui sera opérationnel à partir de l’année scolaire 2023/2024 pour les élèves de première année du cycle d’enseignement moyen, repose sur une base de données minutieusement conçue. Cette base de données a pour objectif de détailler les problèmes spécifiques que chaque élève peut rencontrer en vue de mettre en place des remédiations ciblées.
Le traitement pédagogique s’appuiera sur les résultats obtenus lors des évaluations des compétences acquises des élèves de la cinquième année primaire. Il se fondera sur les recommandations émanant des « réseaux analytiques des matières » pour les élèves classés dans les catégories « maîtrise partielle » et « maîtrise minimale ». L’utilisation des ressources numériques disponibles dans la plateforme numérique du ministère revêt une importance cruciale pour la mise en œuvre de ce processus, a précisé M. Daifallah.

Chaque compétence sera scrupuleusement documentée dans la base de données, qui sera ensuite consultée par le directeur du collège pour combler les lacunes identifiées. Les résultats de cette catégorie d’élèves feront l’objet d’un examen attentif lors des conseils de classe, qui se tiendront au début de l’année scolaire des enseignants. Ces conseils élaboreront ensuite une stratégie pour remédier aux difficultés tout au long de l’année.
Afin de garantir le succès de cette initiative, chaque enseignant disposera de la base de données de sa classe, ciblant les élèves présentant des difficultés similaires dans des compétences fondamentales spécifiques. Des groupes d’élèves concernés par le traitement pédagogique seront constitués, et une approche pédagogique spécifique sera mise en œuvre conformément à un protocole préétabli.

M. Daifallah a souligné l’importance d’une « coordination étroite » entre les différents acteurs du processus éducatif, mettant en avant son rôle central dans l’amélioration des compétences des élèves et la résolution des difficultés d’apprentissage . Il a également insisté sur la nécessité de créer un environnement favorable à la réussite de cette initiative, notamment en veillant à ce que tous les intervenants impliqués reçoivent une formation adéquate.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *