16 juin 2024

PREMIER FORUM DES STARTUPS DANS LE DOMAINE SPATIAL EN ALGÉRIE
DES OFFRES PROMETTEUSES PRÉSENTÉES

L’Algérie, qui a fait des progrès significatifs dans le domaine spatial, offre de grandes perspectives pour toutes les compétences algériennes dans ce domaine, qui s’ouvre pour la première fois aux start-ups grâce au nouveau programme spatial 2022-2040.

Le domaine spatial est un secteur en constante évolution qui offre de nombreuses opportunités pour les startups et les entrepreneurs. Les applications spatiales touchent de nombreux secteurs tels que les communications, l’agriculture, les mines et les catastrophes naturelles, et les startups peuvent proposer des solutions innovantes dans ces domaines en utilisant les dernières technologies spatiales.

Des start-ups algériennes ont présenté leurs offres dans le domaine spatial lors du premier forum des start-ups dans ce domaine. L’événement a été organisé en partenariat avec l’Agence spatiale algérienne et a été inauguré par M. Kamel Baddari, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Karim Bibi Triki, ministre des Postes, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique et Yacine El Mahdi Oualid, ministre de l’Économie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises.

Au cours du forum, des start-ups ont présenté des offres pour le traitement des données et des images de satellites, la mécanique, les systèmes portables, la conception et la production de cartes électroniques, ainsi que les spécialités liées à l’intelligence artificielle et aux mégadonnées. Les startups dans le domaine spatial peuvent également profiter de l’émergence de technologies telles que l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique et l’Internet des objets pour créer des solutions innovantes pour les applications spatiales. Yacine El Mahdi Oualid a souligné que cette evenement vise « l’ouverture de nouveaux horizons pour les compétences algériennes afin de participer avec l’Agence spatiale algérienne dans ce domaine multi-usages », invitant les chercheurs et enseignants universitaires à orienter leurs recherches et applications vers le domaine spatial, surtout que l’Algérie souhaite améliorer son positionnement aux niveaux continental et mondial dans le domaine de l’industrie et de la technologie spatiales.

De son coté, le directeur de l’Agence spatiale algérienne, Azzeddine Oussedik, a souligné que son instance œuvrait à renforcer les réalisations algériennes effectuées dans le cadre de l’exécution du programme spatial national 2006-2020, notamment en ce qui concerne les infrastructures, les systèmes spatiaux et les compétences humaines pour garantir la continuité des services, une dynamique constante et son amélioration. M.Oussedik a indiqué que « l’Algérie connaît une dynamique et un grand développement sans précédent, sachant que de nouveaux métiers, ainsi que des innovations et des applications intelligentes font que l’extension des communications spatiales à plusieurs autres domaines est plus qu’importante et contribue à réaliser les objectifs du programme spatial algérien ».

En fin de compte, les startups peuvent contribuer de manière significative à l’avenir du secteur spatial en apportant de nouvelles idées, des solutions novatrices et des compétences spécialisées pour répondre aux défis de l’industrie spatiale en constante évolution. Et cela crée un environnement propice à l’émergence de startups spécialisées dans les technologies spatiales surtout avec le nouveau programme spatial 2022-2040, et ouvre la voie aux startups pour participer à la recherche et au développement de technologies spatiales innovantes.

Parallèlement, les professeurs Nour Eddine Melikchii, Karim Zghib et Nidhal Guessoum ont présenté des interventions précieuses dans leurs domaines d’expertise, en se concentrant sur les dernières technologies utilisées dans le domaine spatial.
Enfin, le développement du domaine spatial en Algérie offre un terrain fertile pour les startups qui cherchent à se lancer dans un secteur en pleine croissance et à contribuer à la création d’un écosystème spatial dynamique et compétitif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *