18 juin 2024

Nouvelle carte de formation pour l’université algérienne: La numérisation et l’intelligence artificielle au menu

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est uneB469.jpg.

L’université algérienne poursuit son processus d’ouverture sur les nouvelles technologies afin de renforcer et diversifier la dispense des cours en ligne. À l’heure des nouvelles technologies de l’information et de la communication et de la généralisation du digital, l’université algérienne ambitionne d’être pionnière dans ce domaine.

C’est le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane qui l’a affirmé en marge de la rencontre nationale sur « L’enseignement supérieur en Algérie après 60 ans », organisée par la Conférence régionale des universités de l’Ouest, en coordination avec le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC). Il a annoncé à cette occasion l’élaboration d’une nouvelle carte de formation dans son secteur, tout en prenant en considération les métiers actuels et futurs qui répondent aux exigences socio-économiques.
À l’évidence, cela passe par la généralisation de l’utilisation des nouvelles technologies de manière à permettre à l’université d’être au diapason de la modernité et de ce qui se fait au niveau des universités de renommée mondiale.
Il s’agit du projet de création de l’université algérienne ouverte, qui prend en charge le développement de l’enseignement à distance en Algérie avec l’introduction des technologies de communication et de l’information dans les opérations de formation.
En d’autres termes, l’université algérienne se dirige vers une plus grande et vaste ouverture sur les nouvelles technologies de l’information et communication, notamment en dispensant des cours en ligne.

Il faut relever que les autorités du pays n’ont pas lésiné sur les moyens pour démocratiser l’enseignement et investir des sommes colossales pour moderniser l’université afin qu’elle ne soit pas à la traine du développement technologique. À cet égard, les plus hautes autorités du pays ont réaffirmé leur volonté de permettre à l’université algérienne d’être pionnière dans les nouvelles technologies, la numérisation, l’intelligence artificielle et l’économie de la connaissance et du savoir.
Dans ce sillage, les étudiants, les enseignants et les chercheurs au sein de l’université ont été exhortés par les responsables du secteur à s’ouvrir aux langues étrangères afin de mieux maîtriser les sciences et les nouvelles technologies. Pour ce faire, l’État a toujours réaffirmé et réitéré sa disponibilité à accompagner les étudiants et les enseignants universitaires-chercheurs depuis le début de la formation.

En ce sens les nouvelles technologies de l’information et de la communication demeurent fortement présentes dans les pratiques pédagogiques des étudiants et des enseignants universitaires, notamment avec la pandémie du Coronavirus qui a encouragé la communauté universitaire à utiliser davantage les technologies. Continuant sur cet élan, l’université algérienne a adopté les TIC du fait de la dispense de plus en plus de cours en ligne.
À travers la généralisation des TIC, l’objectif assigné consiste en un parachèvement de la qualité de la formation et l’accès aux programmes tout en facilitant l’apprentissage à distance sans omettre l’amélioration de la gouvernance de l’université.g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *