18 juin 2024

Covid 19 en Chine: Nouveau coup dur pour le secteur de l’électronique

Le confinement imposé à Shenzhen,une ville de 17 millions d’habitants limitrophe de Hong Kong, vient s’ajouter à désorganisation d’une chaîne d’approvisionnement déjà en souffrance. Les premiers confinements puis les pénuries de semi-conducteurs ont pesé sur la fabrication des produits finis. Depuis quelques semaines, les industriels pensaient entrevoir le bout du tunnel. Avant que les usines de Shenzhen ne referment leurs portes. Une semaine sans production peut se traduire par plusieurs mois de retard dans les livraisons.

Shenzen est la ville par excellence de la production electronique dans le monde mais Pekin, soucieux de ne pas pénaliser davantage son économie, a quelque peu assoupli les mesures.
A shenzen se trouve l’un des plus grand du principal sous-traitant d’Apple, Foxconn, qui emploie entre 200.000 et 300.000 employés sur ses sites. mais pas que lui, La liste des entreprises est longue, allant du groupe chinois Huawei à SMIC, en passant par l’Indien Tata Electronics et une kyrielle de sous-traitants du secteur, plus ou moins petits.
Reste que quand on voit les multiples soucis de ces derniers mois, on peut craindre des pénuries. L’exemple d’Apple est à ce titre symptomatique : HonHai assemble à Shenzhen 70% des iPhone du monde entier, il va être difficile de compenser tout cela.

La pénurie de semi-conducteurs va peser sur l’activité

S’il est le plus en vue, du fait de ses liens avec Apple, Foxconn est loin d’être le seul acteur du secteur de l’électronique présent dans la mégalopole. Une très mauvaise nouvelle pour l’industrie IT en général, mais aussi pour d’autres secteurs comme l’automobile, l’aviation, le militaire, etc. dont les chaînes de production tournent parfois au ralenti, faute de composants électroniques. En effet, à la fin de l’année dernière, Deloitte avait prédit que la pénurie de semi-conducteurs se prolongerait encore cette année. Le cabinet de conseil va plus loin et anticipait alors que les clients devraient attendre 10 à 20 semaines pour obtenir plusieurs types de puces d’ici fin 2022. D’un autre côté, GlobalFoundries,qui appartient au fonds souverain qatari Mubadala, et qui fabrique des puces pour AMD et pour de nombreux autres concepteurs de puces dans le monde, avait aussi déclaré il y a quelques mois qu’elle continuerait à être confrontée à des difficultés pour répondre aux demandes des entreprises en matière de plaquettes pour produire des puces en 2022.

Pénurie pour tout le monde

De plus, les entreprises sont aussi concernées. « Nous manquons de routeurs et de serveurs informatiques. La conséquence directe des ruptures d’approvisionnement pour ce type d’équipements se traduit par des retards dans la numérisation des entreprises », explique un opérateur télécoms. Cela pourrait aussi contribuer à renchérir le coût de ces équipements.
De plus, certaines entreprises sont obligées de repenser ou de décaler la mise en place de projets de transformation. « La migration vers le cloud, la numérisation de la relation clients sont autant de sujets fragilisés par la situation. » Le numérique a beau être perçu comme immatériel, à un moment, il faut des réseaux et des serveurs pour assurer la connexion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *