18 juin 2024

Comment la société peut-elle tirer le meilleur parti du spectre 6 GHz ?

Par Kalvin Bahia – économiste, GSMA Intelligence

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est uneB465.jpg.

L’attribution du spectre 6 GHz est l’un des sujets les plus brûlants parmi les experts du spectre et les analystes des télécommunications en ce moment. Bien sûr, pour la plupart des internautes, et même pour de nombreux initiés de l’industrie, cela suscite exactement le manque d’intérêt auquel on pourrait s’attendre lorsqu’ils entendent les mots spectre, bande de fréquences ou la prochaine Conférence mondiale des radiocommunications. Il est peu probable que cela change de si tôt.

Mais que le consommateur moyen s’en soucie ou non, il ne fait aucun doute que quiconque utilisera Internet au cours des 15 prochaines années sera impacté par ce que son gouvernement décidera de faire avec la bande 6 GHz.
L’impact des technologies à large bande au cours de la dernière décennie ne devrait pas être réaffirmé, pas plus que le rôle qu’elles ont joué depuis l’épidémie de Covid-19 (coronavirus). La connectivité à large bande a entraîné une augmentation du PIB et de l’emploi, réduit la pauvreté et permis de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ce qu’il convient peut-être de clarifier, c’est que ces impacts sont encore accrus lorsque les technologies à large bande sont mises à niveau, que ce soit de la 3G à la 4G à la 5G ou du xDSL à la fibre jusqu’au domicile. Les économistes disent souvent que le spectre doit être alloué de manière à maximiser la valeur sociale et économique pour la société et l’utilisation du spectre pour fournir une connectivité à large bande en est un excellent exemple.

Avec licence, sans licence ou les deux ?

Que se passe-t-il, cependant, lorsque les deux principaux cas d’utilisation d’une bande sont une utilisation sous licence ou sans licence ? En particulier, comment les gouvernements devraient-ils choisir entre l’utilisation du spectre pour la nouvelle radio 5G (NR) qui fournit une couverture large bande intérieure et extérieure étendue, ou le Wi-Fi qui prend en charge le haut débit fixe avec des connexions sans fil locales dans les maisons et les locaux ?
C’est la décision à laquelle de nombreux gouvernements du monde entier sont actuellement confrontés pour la bande 6 GHz et ils adoptent déjà des approches divergentes. Certains ont attribué la bande complète à une utilisation sans licence, tandis que d’autres l’envisagent pour une utilisation sous licence. Un troisième groupe alloue la partie inférieure de 6 GHz (5925 MHz/5945 MHz à 6425 MHz) pour les sans licence et considère la partie supérieure (6425 MHz à 7125 MHz) pour les licences.
La bande 6 GHz représente le plus grand bloc de spectre moyen restant pouvant être attribué à des services mobiles sous licence ou sans licence dans un avenir prévisible, ce qui signifie que les gouvernements doivent prendre une décision mûrement réfléchie. Pour aider les décideurs politiques à effectuer une telle évaluation, GSMA Intelligence a récemment publié une analyse coûts-avantages pour différents modèles d’autorisation pour la bande 6 GHz dans 12 pays. Les résultats de l’étude montrent que la politique optimale sur chaque marché dépend de l’adoption attendue de la 5G et des services haut débit fixes par fibre et câble, de la disponibilité du spectre dans d’autres bandes et des vitesses que le haut débit fixe peut offrir aux consommateurs.

Existe-t-il un scénario dans lequel l’attribution de la bande complète pour une utilisation sans licence génère le plus grand avantage socio-économique ?

Pas selon l’étude GSMA Intelligence, car l’attribution de la bande inférieure des 6 GHz est suffisante pour répondre à la demande, même si la bande des 60 GHz n’est pas utilisée. Cela signifie qu’il n’y a aucun gain supplémentaire à allouer la totalité de la bande 6 GHz pour une utilisation sans licence.

Avancer
L’analyse mise en évidence dans le rapport montre à quel point il est important d’attribuer la bande 6 GHz sur la base des preuves existantes et des développements attendus sur le marché du haut débit.
En effet, lorsque le spectre n’est pas attribué à l’aide d’une approche basée sur le marché, telle qu’une vente aux enchères, la plupart des gouvernements et des organisations internationales préconisent de mener une évaluation d’impact pour identifier la meilleure option politique. Étant donné que la majorité des pays n’ont pas encore pris de décision sur l’utilisation de la bande complète des 6 GHz, le moment est idéal pour les décideurs politiques pour combler le manque de preuves et s’assurer que leurs citoyens tirent le meilleur parti de ce spectre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *