18 juin 2024

Nvidia pourrait renoncer au rachat d’ARM

L’une des sociétés les plus influentes de l’industrie technologique est inconnue de la plupart des consommateurs. ARM conçoit des parties clés des puces qui puissent alimenter presque tous les smartphones sur la planète.

Son importance stratégique a apporté une aubaine potentielle pour le propriétaire l’investisseur japonais Softbank Group et aussi de gros problèmes. Surtout pour la vente. En effet, un plan de vente pour Nvidia Corp à 40 milliards de dollars a allumé les lampes rouges partout parmi les observateurs de surveillance antitrust et des responsables de la sécurité mettant l’accord sont en difficulté. SoftBank a acquis ARM pour 31 milliards de dollars en 2016 et elle a annoncé en septembre 2020 qu’elle l’a revendait à Nvidia, le plus grand chipmaker au monde par la valeur marchande. ARM, un fabless, est devenue tellement demandée qui presque tous les fabricants de smartphones — Apple, samsung, oppo,.. – utilise ses processeurs. L’achat par Nvidia les met dans un problème, car ils ont peur de la perte de l’indépendance d’ARM dans son developpement même si Nvidia s’est engagée à défendre l’indépendance d’ARM.
Officiellement, rien n’a changé, mais l’hypothèse de voir Nvidia abandonner purement et simplement son intention de racheter la pépite anglaise ARM se renforce. D’après l’agence Bloomberg et ses sources proches du dossier, l’entreprise californienne de semi-conducteurs a fait savoir à ses partenaires qu’elle ne s’attendait pas à boucler cette opération à plus de 40 milliards de dollars tandis que Softbank — le vendeur — travaille sur une introduction en Bourse d’ARM en guise d’alternative. S’il aboutit, ce rachat serait le plus cher de l’histoire des puces électroniques.
Les régulateurs du monde entier se penchent aussi sur l’opération. Après Londres puis la Commission européenne, l’autorité américaine de la concurrence a récemment ouvert une enquête dans un dossier où elle suspecte de voir « l’une des plus grandes entreprises de puces contrôler la technologie [sur laquelle] les entreprises rivales s’appuient pour développer leurs propres puces concurrentes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *