18 juin 2024

Le Covid-19 a boosté la transformation numérique de l’Algérie

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est UneW_439.jpg.

La pandémie du coronavirus (Covid-19) a mis l’Algérie face au défi de la transformation numérique, notamment à travers l’intégration de l’enseignement à distance, du commerce électronique et des services publics accessibles sur plate-forme numériques, a indiqué le ministre de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Cherhabil, lors du séminaire national sur l’alphabétisation à l’ère du numérique, placé sous le thème «Pour une Algérie nouvelle sans analphabétisme informatique», tenu mercredi dernier à Alger.
Le ministre a précisé que «depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, «la modernisation des méthodes de gestion des administrations publiques s’est imposée comme un impératif, la société algérienne étant aujourd’hui face au défi de la transformation numérique, notamment à travers l’intégration de l’enseignement à distance, du commerce électronique et des services publics accessibles sur plate-forme numériques».
Après avoir souligné que «l’alphabétisation nécessite les efforts de tous», le ministre a rappelé que «la transformation numérique et l’accès aux technologies de l’information et de la communication figurent parmi les principaux axes du programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et les mesures prioritaires du plan d’action du gouvernement».
«La problématique de l’analphabétisme informatique constitue une entrave à la transformation numérique en Algérie», a estimé M. Cherhabil, expliquant que pour lever cette entrave, «la numérisation est en cours en Algérie à travers la consolidation de réseau de communication, la généralisation progressive de la 4e génération de téléphonie mobile pour la couverture de l’ensemble du territoire national et la mise en œuvre de centaines de procédures numériques au niveau des administrations».
Pour parvenir à une véritable transformation numérique, «il faut disposer de la technologie numérique tout en soutenant les catégories vulnérables», a-t-il dit, ajoutant que le ministère avait, à ce titre, inscrit «la citoyenneté numérique comme un axe majeur qui permettra d’établir des partenariats avec différents secteurs».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *